Livres,  Trésors à partager 💖

Enfin le Royaume – Quatrains de François Cheng

François Cheng (né le 30/08/1929) – Cheng Chi-hsien (程纪贤) est un écrivain, poète et calligraphe chinois, il a été naturalisé français en 1971.
Je l’ai connu grâce à ces interviews sur la toile et je l’admire beaucoup. J’aime son nom d’auteur qui est 程抱一 (Chéng bào yī) qui signifie « Qui embrasse l’Unité ». C’est exactement ce que je ressens dans ses paroles et ses écritures. Il embrasse avec force cette Vie dans toute sa splendeur, sa pureté en faisant qu’un avec la Vie !

Le Quatrain

« À mesure que j’avance en âge, je reviens à cette forme essentielle qu’est le quatrain. Le quatrain a ceci de spécial : c’est la forme la plus concentrée, mais il a un contenu très complexe. C’est un diamant qui irradie dans tous les sens. »

François Cheng

J’ai trouvé cela beau et intriguant, et cela m’a poussée à découvrir son œuvre « Enfin le Royaume » ! C’est un beau voyage où chaque mot nous invite à pénétrer dans son royaume, à savourer l’instant présent, à cueillir les merveilles de la vie, à nous émerveiller de la beauté intarissable de la vie, à aimer les mots qui reflètent poétiquement nos pensées et nos émotions. J’ai relevé quelques quatrains que je trouve particulièrement beau et qui m’inspirent dans la voie que je suis en train d’entreprendre.

Oser vivre !

Quand survient l’heure nous nous donnons à la flamme
Du cœur. Éclatent en nous les couleurs de l’arc-en-ciel :
Du jaune au rouge en passant par l’orange, le roux…
Tant de passions aux entrailles que nous avions tues !

J’aime ces mots « La flamme du cœur ». D’ailleurs dans un couple on parle d’entretenir la flamme car rien n’est acquis. Qu’en est-il de votre propre flamme, celle du cœur ? Qu’elle rayonne en plein jour ! Soyons créatifs et écoutons nos rêves, connectés à notre être profond. C’est en cherchant à réaliser nos petits et grands rêves que l’on vit et que l’on renforce sa flamme ! Étouffer nos aspirations, c’est nous condamner à renier ce que l’on est ou veut être.

Se laisser miner par les abîmes, fracasser
Par les tracas, ou mordre par le remords… Vivre,
C’est tendre vers l’ultime noyaux, au travers
Des épreuves de tout ; c’est se laisser taillader.

Parfois dans la vie, il faut oser prendre des risques même si l’inconnu nous fait peur. Les épreuves sont nécessaires pour nous apprendre à nous connaître, à nous surpasser en les surmontant. La vie nous dévoile sa face cachée dans ses drames. Nous en sortons résilients, plus forts face à l’adversité.

Épousez nos différences

Le sort de la bougie est de brûler
Quand monte l’ultime volute de fumée,
Elle lance une invite en guise d’adieu :
« Entre deux feux sois celui qui éclaire ! »

Vraie Lumière,
Celle qui jaillit de la Nuit ;
Et vraie Nuit,
Celle d’où jaillit la Lumière.

Ton âme, tu la sais sans la voir, mais tu vois
Celle d’un autre quand il s’émeut ou se confie.
Miracle des regards croisés, fenêtre ouverte :
Voyant l’âme de l’autre, la tienne tu perçois.

Et si nous arrêtions de voir la vie comme dualité : méchant-gentil, bon-mauvais, bien-mal, pauvre-riche mais que plutôt nous épousions nos différences sans jugement. Se dire que la vie est composée de gens différents qui pensent et agissent différemment de nous. Chacun son Histoire et son lot de blessures, en cela nous ne sommes pas différents de l’autre. Il peut-être nous. Nous sommes interdépendants.

La calligraphie

Le trait, empreinte du souffle, est trait d’union
Reliant yin et yang, terre et ciel, eau et flamme,
Bleu et rouge, vert et jaune, mort et vie, flèche
Par laquelle prend son envol toute ton âme.

Je sais que ce quatrain fait allusion à la calligraphie car François Cheng s’adonne à la calligraphie et qu’aussi j’ai commencé à apprendre un peu. C’est tout un art, cette connexion à soi pour réaliser ce trait parfait pour former un caractère dans l’espace temps… cela m’a fait penser au livre de jeunesse la grande Histoire d’un petit Trait, où ce trait est le début d’une belle aventure, celle de notre Histoire, de notre âme ! Cela me plaît beaucoup cette image…

La beauté de la nature

Sur fond de brume, l’aube dessine
Un ruisseau bordé de saules,
Et puis, tout au bas du ciel,
Elle appose, rouge, le sceau.

L’aile de l’orfraie, frôlant
Le feuillage, fait tomber
L’ultime goutte de pluie
Sur l’étang, miroir brisé

La nature, en nous, opère ses métamorphoses,
Dragon se rêvant phénix, et lys libellule.
Monts et mers, vaste réserve, inépuisable,
Que contient pourtant ce cœur nôtre, minuscule.

Je me laisse encore une fois embarquer par la beauté de la nature qui ne triche pas. Et sous le regard de François Cheng, je perçois une sensibilité nouvelle, épurée et poétique. Elle est observée et admirée. C’est une source inépuisable.

Toujours Aimer

Lorsque nous nous parlons,
Le rêve est à venir ;
Lorsque nous nous taisons,
Il est là, à cueillir.

Plaisir d’amour, comment le préserver
sinon en aimant d’amour ;
Chagrin d’amour, comment le surmonter
sinon en aimant l’Amour ?

Tremblement de l’être quand l’amour nous tient ;
Ravissement de l’être quand l’amour nous porte.
L’éclat du jour est un visage qui éveille,
Et la flamme de la nuit un regard qui veille.

L’amour n’est jamais loin. Il est déjà en nous. Vivons l’instant présent et accueillons-le en nous ! Il nous enveloppe de différentes manières. Tout le long de notre vie, nous continuons toujours à explorer le mot aimer. Ce mot aimer, si compliqué à vivre à cause de nos peurs… mais si beau si on le nourrit !

Éprouver de la gratitude

Nous rions nous trinquons, en nous défilent les blessés,
Les meurtris ; nous leur devons d’être en vie, car vivre,
C’est savoir que tout instant vivant est rayon d’or
Sur un océan de ténèbres, c’est savoir dire merci.

L’arbre donne le fruit ; la terre donne l’arbre ;
Le ciel donne la terre, ciel venu du pur don.
Nous sommes fruits nous portons fruit ; jour après jour,
Nous prenons part à la Voie de la Donation.

Dire merci… La gratitude est une pensée très puissante qui nous permet de ressentir des émotions positives, d’être reconnaissant de ce que nous vivons dans l’instant présent, d’être plus réceptif aux trésors que nous croisons sur notre chemin. Nous transformons ainsi notre vie chaque jour, sommes moins affectés lorsqu’un événement négatif survient dans notre vie, et arrivons à le transformer et à y trouver du positif. Car tout a un sens.

La vie est éternelle

Ce qui peut être dit est dit comme en passant ;
Gardera son secret ce qui est indicible.
Un regard un toucher emplissent leurs pensées ;
Il leur faut, pour tout dire, une autre éternité.

Une grande chose a lieu : l’univers ? non, la Vie.
C’est là l’unique aventure, sublime et tragique.
Pour que la vie soit vie, la mort incontournable ;
Seule la Voie ne meurt pas, qui l’épouse a sa part.

N’ayez pas peur de vivre, ni de mourir. Vous savez bien que notre finalité sur cette terre c’est la mort. Alors c’est le chemin que vous parcourez qui compte, ayez le courage d’être vous-même et de rayonner. C’est la seule voie qui ne meurt pas car vous êtes lumières et touchez le cœur des hommes. C’est ainsi que l’on reste éternel

Une communion…

Ces quatrains vous ont-ils plu ? En lisant les, j’ai cette sensation agréable de toucher à l’essence même de toute vie, je me suis sentie pleinement à ma place dans mon royaume à travers ces mots ! C’était un moment magique ! Et vous ? Quel est le quatrain qui fait vibrer votre être ?

Laissez un commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires

    Voir les commentaires
  • 海德

    Ton article me donne envie de lire ou de relire ces quatrains de François Cheng. J’aime beaucoup cette idée de royaume que chacun peut construire, trouver. Aussi un royaume fait de mots et de poésie et de beauté. Ces quatrains que tu as choisis de présenter te ressemblent. Le monde sensible, les mots, l’amour, la nature. Tu es tout cela. C’est ton royaume. 也是我的.