Films, dramas, séries,  Trésors à partager 💖

The Giver – Le Passeur (2014)

C’est un film de science-fiction qui m’a beaucoup marquée du fait qu’il a été pour moi un très bon inducteur émotionnel. C’est d’ailleurs ce que j’attendais du cinéma, que cela me fasse ressentir plein d’émotions. Ce film m’a donné envie d’être vivante plus que jamais et à être à l’écoute de mes émotions !

L’histoire se situe dans un futur lointain, dans une communauté où le libre-arbitre n’existe pas, où la vie est sans saveur, où l’on s’habille tous de la même manière. De plus l’avenir de chaque citoyen est programmé pour un métier bien spécifique selon les qualités des uns et des autres qui ont été observées pendant leur enfance. Tous les habitants sont donc surveillés et formatés sans avoir connaissance du passé, de la vie d’autrefois, il n’y a ni perdant ni gagnant. Ils sont tous égaux. Seule une personne peut se souvenir du passé, il s’agit du « dépositaire des mémoires ». Le héros principal Jonas, âgé de 18 ans, est désigné pour être le nouveau dépositaire des mémoires. Il devra porter en lui les secrets de la vie !

Mais… saura-t-il les garder secrètement et les cacher à ses
deux meilleurs amis Fiona et Asher ?

S’éveiller à la vie

Le début du film est raconté par le personnage principale lui-même, Jonas un adolescent de 18 ans. Il nous décrit la société dans laquelle il vit, où tous vivent égaux grâce aux règles strictes qui ont été établies et apprises dès l’enfance pour garder une paix durable. L’histoire a commencé en noir et blanc, permettant ainsi au spectateur de se faire déjà une idée de cette société hors norme. J’ai donc trouvé cela très bien pensé et original. C’est une belle métaphore pour représenter une vie sans couleurs et sans émotions que j’ai trouvé fade mais les habitants ont toujours vécus ainsi et ignorent de toute façon ce qu’il y a de mieux dans la vie.

Ma première impression est de penser que les habitants de cette communauté vivent dans leur zone de confort, une sorte de prison dorée. L’être humain a besoin de nouveautés pour évoluer mais les règles de cette société ne permettent pas son épanouissement. Nous sommes dans ce cas tous égaux : des robots qui n’ont pas d’émotions ni de libre-arbitre et qui ne permet pas de révéler lauthenticité de chaque individu. Cela m’ait effrayant d’imaginer que l’on puisse m’empêcher d’être ce que je veux.

Du coup j’ai trouvé très agréable de voir s’inviter petit à petit les couleurs de la vie sous le regard de Jonas. D’ailleurs Jonas en est le premier très étonné de voir ce phénomène se produire lorsqu’il a vu la chevelure de Fiona se colorer. J’ai trouvé cet instant magique et précieux comme s’il avait en lui un bug émotionnel. Normalement les habitants sont dans l’obligation de prendre leur traitement chaque matin. Ce traitement a pour but d’annihiler toutes émotions humaines (colère, tristesse, peur… ) afin d’éviter les conflits. Mais que s’est-il passé pour Jonas ?

J’ai trouvé très beau le fait que l’émotion soit associée à une couleur. Plus Jonas ressentait de l’émotion, plus il voyait son environnement prendre des couleurs. Ce film montre bien l’importance de s’éveiller à la vie et d’être curieux !

L’histoire secrète du monde

Jonas est le nouveau « Dépositaire des Mémoires », il est donc autorisé à mentir alors que la loi l’interdit normalement. C’est donc une qualité indispensable pour garder l’histoire du monde secrète. Il va aussi devoir apprendre à gérer la grande souffrance engendrée par la transmission des mémoires du passé. C’est en cela que repose le défi de Jonas. Sera-t-il capable de mentir et de supporter la souffrance pour le bien de sa communauté ? De plus, il lui est interdit de parler de son apprentissage à quiconque !

Jonas et le Passeur

J’ai bien aimé les discussions entre Jonas et son mentor. Son mentor qui n’est autre « le Passeur » est la personne la plus normale parmi les habitants. D’ailleurs en tant que spectateur ça m’a fait du bien de savoir qu’il y a une personne censés qui ne se plie pas aux règles dans sa demeure. Chose normale car il vit seul. Nous verrons donc l’évolution intéressante de Jonas (à devenir une personne normale) avec ses prises de consciences, son émerveillement et ses questionnements.

L’émotion c’est la vie !

Jonas découvre les émotions festives et de joies qui sont éveillées par la danse et la musique mais malheureusement ce sont des activités qui ont été bannies de la communauté. Il voit de belles images, des personnes avec des peaux de différentes couleurs, la naissance d’un bébé, la vie des animaux jusqu’à la révélation des émotions de l’amour entre deux personnes.

Il n’a qu’une envie : faire partager ces découvertes à son amie Fiona envers qui il commence à éprouver des sentiments. Que signifie « Aimer » ? Jonas s’interroge et pose la question à son père : « Père, est-ce que tu m’aimes ? ». Le mot aimer n’existe pas et semble n’avoir plus aucun sens dans la vie de cette communauté.

Le bébé Gabriel, preuve vivante de l’amour

Avec toutes ses émotions que Jonas éprouve et ressent, il ne peut pas en parler autour de lui ni le vivre pleinement. Son seul confident semble être Gabriel, un enfant placé chez eux temporairement en raison de sa fragilité. D’ailleurs Jonas a révélé un secret à Gabriel : sa peluche, dit « objet de bien-être » n’est pas un hippopotame mais un éléphant, un animal magnifique qui a vécu autrefois. Jonas a su que c’était un éléphant lorsqu’il a vu des braconniers en tuer. Il a commencé à expérimenter la souffrance et son impuissance à ne pouvoir arrêter les atrocités humaines.

Lorsque je vois les moments entre Gabriel et Jonas, j’y vois une vie normale avec l’innocente d’un petit être à aimer et à protéger. Des émotions nouvelles qui se font ressentir chez Jonas. Il peut ainsi exprimer ses émotions sans crainte face à Gabriel, lui faire des grimaces, s’amuser et parler avec Gabriel en toute liberté et celui-ci le lui rend bien en riant. Le toucher semble être leur langage d’amour. Et lorsque Gabriel a été retourné au Centre Nourricier pour être « élargit vers l’ailleurs » ; c’est le terme utilisé pour tuer, ou plutôt euthanasier, mais les membres de la société ignorent ce que cela signifie et « élargissent » alors sans sourciller. De là, Jonas a commencé à se rebeller !

Le miracle de l’Amour

J’ai donc trouvé très beau, ce film qui nous rappelle qu’être vivant c’est de pouvoir se connecter à nos émotions et à protéger le vivant, qui est Gabriel. Jonas sera traqué par tous et sera poussé à bout physiquement et mentalement pour accomplir la mission qu’il s’est fixée, pour sauver les personnes qu’ils aiment.

Jonas a dit : « Si on n’a pas d’émotions à quoi bon vivre ? » ! Je pense que cette phrase résume bien l’essence même du film ! Que pensez-vous de ces mots ? Avez-vous vu ce film et qu’en avez-vous pensé ?

7 commentaires

  • Grégory

    C’est marrant que tu parles d’émotions dans ton article car depuis plusieurs je me sens complètement submergé par mes émotions. Et je n’arrive pas du tout à me reposer de ces émotions. Tout me touche et m’ebranle.

  • Gregory

    Oui bien-sûr. En ce moment je n’y arrive pas du tout. Et cela m’épuise et je sens totalement vide d’envies et d’énergie. Ce trop plein d’émotions ne laisse aucune place à autre chose.

    • Princesse Petit Pois

      Je t’invite à regarder le dessin animé vice versa et peut-être cela pourra t’aider à comprendre qui est le pilote de ton cerveau et àvouloir en prendre les commandes.

  • Grégory

    Je ne sais pas si tu es en France en ce moment. J’ai l’impression que tu es en vacances quelque part loin mais je me trompe peut-être complètement.
    Je me sens très perdu et très désorienté. J’ai l’impression de ne tomber que sur des gens qui se servent de moi. Ou encore des gens avec des énergies très négatives et qui m’envahissent de leurs énergies négatives sans me laisser le choix.
    Je ne sais pas quoi faire. Me protéger mieux ? Mais comment ?

    • Princesse Petit Pois

      Je suis en vacances et cela me fait beaucoup de bien. Je me déconnecte de beaucoup de choses qui ne me servent à rien et goûter aux nouvelles choses de la vie.
      De par mon expérience, il faut d’abord lâcher prise, se pardonner et s’aimer. Se protéger c’est se mettre des barrières et se limiter, j’ai compris qu’il faut se défendre, rester sur ses positions en accord avec ce qu’on est, ce qu’on vaut. Pas besoin d’entrer en conflit. Juste dire les choses qui te semblent justes face aux autres.

  • Grégory

    Oui, je vais réfléchir à tes mots.
    Et agir dans ce sens.
    Passe encore alors de jolies vacances à goûter aux nouvelles choses de la vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.