Comprendre

Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même de Lise Bourbeau

Ce petit livre est très intéressant et complet. C’est un moyen de se découvrir davantage et de comprendre les raisons qui se sont accumulées depuis la naissance et pour lesquelles il est difficile d’être soi-même. Il y a cinq blessures fondamentales qui sont à l’origine de nos maux, qu’ils soient physiques, émotionnels ou mentaux.

Sortir de ses sentiers battus

J’avais déjà lu ce livre en tant que jeune adulte, mais je ne voyais pas clairement mes blessures. Avec mon recul d’aujourd’hui, je me rends compte que j’ai accumulé un peu de toutes ces blessures. La vie a transformé et façonné mon corps et mon esprit au fil des années par des épreuves et aujourd’hui j’ai clairement identifié ma principale blessure : celle de l’injustice et la seconde : la trahison.

Il faut vraiment chercher au fond de nous les réponses et observer notre corps qui est le reflet de nos émotions. Je pensais porter en moi la blessure de l’abandon mais non, j’ai compris que je m’étais faite piéger par mon mental. Ce mental qui régit nos peurs et nos croyances nous donne parfois de fausses certitudes qui nous aide à fuir la réalité pour ne pas souffrir. C’est vraiment troublant de voir que sans en être conscient, nous portons des masques pour nous protéger, souvent en rejetant la faute sur les autres ou le reste du monde. Une fois vos blessures connues, êtes-vous prêt à sortir de vos sentiers battus ?

Les cinq blessures

J’ai décidé d’illustrer les 5 blessures afin de rendre les choses plus visuelles. Ces 5 blessures qui jalonnent notre vie sont les suivantes : Rejet, Abandon, Humiliation, Trahison, Injustice.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Vous trouverez dans le livre une fiche synthétique explicative très complète pour chaque masque qui aide à comprendre nos comportements, nos préférences alimentaires et nos maladies. C’est vraiment impressionnant de réaliser combien nos émotions impactent notre mode de vie et que nos blessures intérieures sont liées à notre apparence extérieure.

Des blessures de l’âme

Lise Bourbeau nous explique que les blessures sont souvent liées à un parent qui lui aussi a eu aussi des blessures qui n’ont pas été réglées. Quel cercle vicieux n’est-ce pas ? Et cela peut remonter à très loin dans notre arbre généalogique ! Il est donc important de comprendre que ce ne sont pas nos parents qui sont coupables de nos blessures, mais qu’au contraire, grâce à eux nous pouvons identifier nos blessures et nous en guérir réellement. C’est un peu notre mission de vie.

D’un point de vue ésotérique, l’auteur dit que si nous n’arrivons pas dans cette vie à guérir de nos blessures, la guérison devra être reportée à notre prochaine réincarnation pour soigner notre mémoire d’âme. C’est pourquoi elle pense que notre âme a déjà choisi nos parents avant notre naissance pour pouvoir mettre en lumière nos blessures.

Toutes tes maladies physiques ne sont qu’un reflet de la douleur causée par les blessures non guéries de ton âme. 

Lise Bourbeau

Si on laisse l’ésotérisme de côté, se soigner est déjà important pour nous, et pour ne pas transmettre nos blessures à notre descendance. D’ailleurs, l’auteure qui mentionne parfois le mot Dieu précise bien qu’il n’y a rien de religieux là-dedans, et qu’elle fait référence au « moi » supérieur, à notre être véritable, ce MOI qui connaît les vrais besoins pour vivre dans l’amour. Et tout cela me parle beaucoup. Alors êtes-vous prêt à accepter vos blessures et à être enfin vous-même ?

Comment se guérir ?

Le pardon

Notre ego est très tenace avec ses peurs et ses croyances. Il nous juge et nous culpabilise. Il faut donc avoir la volonté de se transformer pour se libérer ! Lise Bourbeau soulève l’importance de faire la différence entre l’acceptation de l’expérience et l’acceptation de soi. Accepter l’expérience, c’est comprendre le comportement de son parent (par exemple) et accepter sa décision de nous infliger une blessure. Mais s’accepter soi-même, c’est se pardonner d’en avoir voulu à ce parent, et pardonner à ce parent. La clé est donc le pardon. Voici en guise d’exemple mes épreuves liées à ma blessure d’injustice :

1- J’ai éprouvé de l’injustice car dans la culture asiatique un garçon est plus important qu’une fille.
Acceptation de l’expérience : j’accepte le fait que ma mère ait désiré enfanter un garçon et ait pleuré que je sois née fille.
Acceptation de soi : j’accepte en avoir voulu à ma mère. Je me pardonne de lui en avoir voulu.

2. J’ai trouvé cela injuste que mon chien m’ait été enlevé.
Acceptation de l’expérience : j’accepte que ma mère ait voulu se débarrasser de mon chien par superstition ignorant ainsi mes sentiments.
Acceptation de soi : j’accepte en avoir voulu à ma mère. Je me pardonne de lui en avoir voulu.

Faites-donc cet exercice avec toutes vos épreuves et ainsi vous verrez que le fait d’accepter l’expérience vous permet de légitimer les peurs de celui qui vous a infligées cette blessure (car il avait peur de se blesser). Ce n’est que comme ça que vous pourrez vraiment les accepter et vous pardonner d’avoir cédé à vos peurs. Si vous n’acceptez pas, vous ne pouvez pas commencer le processus de guérison !

Savez vous pardonner ? Ce n’est pas facile si on n’a pas l’habitude. Pour ma part, je suis de nature rancunière, je vous avoue que j’ai toujours eu du mal à pardonner. Et pourtant il m’arrive de ressentir les bienfaits du pardon, je suis donc sur la bonne voie…

Avoir de la compassion pour les autres

Nous pouvons aussi discuter avec nos parents en leur demandant si eux aussi ils sont eu tout comme nous le sentiment d’être rejeté, d’être abandonné, etc., sans porter de jugement sur leur vie. C’est donc lâcher prise face à nos parents, éprouver de la compassion envers leur propre souffrance plutôt que les juger ou essayer de les corriger.

Nous sommes sur la bonne voie lorsque nous n’en voulons plus à la personne qui nous a infligé cette blessure. Il faut aussi savoir que tous les humains seront amenés à infliger des blessures, sans le vouloir, à d’autres personnes à certains moments de leur vie. Il est donc important de ne pas trop nous en vouloir, ni trop en vouloir aux autres.

Savez vous lâcher-prise ? Ce n’est pas chose facile pour ma part car j’ai tendance à vouloir tout contrôler pour anticiper le stress, le jugement et mes autres peurs… Tout cela est très bien expliqué dans ma blessure de l’injustice. Faites-moi confiance, il faut réellement que vous lâchiez-prise !

Devenir ce que vous voulez être

Petit à petit nos blessures se guérissent (à condition de bien les accepter !), mais il faut du temps et pour certains cela peut même être un gros chantier ! Mais vous verrez les changements qui s’opèrent en vous, vous sentirez la libération de ne plus avoir besoin de porter de masque, et de plier sous votre ego. Lise Bourbeau écrit qu’en tant qu’adultes, nous avons l’expérience et la maturité pour nous aimer davantage, et donc la possibilité de nous transformer ! Notre désir de changer doit être notre moteur pour cet amour et cette transformation !

  • Le fuyant (rejet) prendra la place qui lui revient et osera s’affirmer
  • Le dépendant (abandon) n’aura plus peur d’être seul et demandera de l’aide par besoin et non pour de l’attention
  • Le masochiste (humiliation) écoutera ses besoins et sera plus libre et aventureux.
  • Le contrôlant (trahison) vivra sa vie sans contrôler les autres et mettra en lumière ses qualités de chef.
  • Le rigide (injustice) se donnera le droit de n’être pas parfait et d’avoir fait des erreurs. Elle mettra en lumière sa grande créativité.

C’est ainsi que cela nous révèle notre vrai « Moi » sans nos blessures. Nous nous aimons tel que nous sommes, unique et aimant.
L’auteure a trouvé une méthode pour retenir ces 5 blessures fondamentales par l’acrostiche au mot TRAHI. Parce que nous sommes le premier à trahir nous-même ce que nous sommes, nous nous éloignons de ce que nous sommes « Dieu » c’est-à-dire Amour.

T RAHISON
R EJET
A BANDON
H UMILIATION
I NJUSTICE

De l’empathie et de la tolérance

À la fin de chaque explication de chaque blessure, l’auteure rappelle que si nous reconnaissons une blessure chez une personne de notre entourage, nous ne devons pas essayer de le changer. Au contraire, il faut que nous apprenions à développer notre compassion pour elles et comprendre leur comportement. J’ai trouvé cela très bien. Cela nous apprend à ne pas être dans le jugement, mais à accepter les blessures de l’autre. L’aimer même si on ne comprend pas ses blessures car être compris n’a rien à voir avec être aimé !

Pour conclure…

Le fait de connaître les 5 blessures m’a permis de mieux comprendre mes comportements, mon tempérament de feu et mes exigences de Princesse Petit Pois. J’éprouve de l’empathie envers mes proches. Leurs comportements peuvent m’agacer, me bouleverser… Mais surtout permettent de me pardonner, d’être bienveillante à mon égard sachant que sans le vouloir je pourrais tout aussi infliger ces 5 blessures à mon entourage par peur, pour me protéger. Je dois en prendre conscience, les accepter et me donner le droit à l’erreur, sans jugement.

Je vous recommande vivement ce livre. C’est vraiment un grand pas pour moi de me remettre à sa relecture car malgré mes de prises de conscience, je n’ai pas encore complètement accepté ni pardonné ni lâché-prise. J’ai commencé dernièrement et je me sens apaisée, je ne suis ni en réaction, ni dans l’attente des autres. Il est clair qu’en mettant l’amour sur mon chemin, comme pouvoir de guérison, c’est un bon moteur pour être !


Film à voir…

« Tu sais, dans la vie il n’y a pas de personnes coupables : seulement des personnes souffrantes. »

Lise Bourbeau

Cette citation m’a fait penser à ce film « Le chemin du pardon » (2016) qui m’a marqué… Dieu est Amour Inconditionnel et ne punit personne car personne n’est coupable mais juste souffrant… C’est un beau film !

La musique « Keep your eyes on me » est belle !

Laissez un commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *