Films, dramas, séries

Love Like the Galaxy (2022)

[CH-DRAMA] « Love Like the Galaxy » 星汉灿烂•月升沧海 (2022) – 56 épisodes – Fresh Drama

C’est mon drama coup de coeur de cet été 2021 ! Je suis littéralement conquise. C’est un drama qui a su faire vibrer tout mon être en me faisant ressentir de belles émotions à travers les relations humaines : de la bienveillance, de la reconnaissance, de la gratitude, du dévouement, de la tendresse à l’amour. Chaque couple a son identité propre et sa façon d’aimer. Pas une seule fois je me suis ennuyée et cela en est addictif et une torture pour parvenir à attendre la sortie de l’épisode suivant ! Jusqu’à arriver enfin au 56ème épisode. Quelle aventure ! Ça raconte l’histoire d’amour entre CHENG Shaoshang une jeune fille de 15 ans et le Général LING Buyi âgé de 21 ans, fils adoptif de l’Empereur Wen. Ce drama est en deux parties :

  • Partie I : 星汉灿烂 Nuit étoilée (épisodes 1 à 26)

Cheng Shaoshang a été abandonnée à sa naissance par ses parents partis à la guerre par devoir à l’empereur. Dix ans après, ses parents (sa mère est aussi un soldat) rentrent au bercail et heureux de retrouver leur fille Niao Niao (Shaoshang) mais ils apprennent qu’elle a été mal éduquée et maltraitée par sa grand-mère et sa tante (épouse de son oncle). La mère n’est pas dupe des tours joués par sa fille et se montre sévère et intransigeante pour lui faire son éducation et instruction. Shaoshang fera l’expérience des relations amicales mais aussi amoureuses avec Luo Yao, Yuan Shanjian et Ling Buyi.
Nous allons connaître également le caractère impitoyable et sanguinaire du Général Ling Buyi mais également le mystère qui plane autour de son passé : il a été le seul survivant avec sa mère d’un massacre au village Huo !

  • Partie II : 月升沧海 La lune se lève sur la mer (épisodes 27 à 56 Fin)

Cheng Shaoshang a accepté la demande en mariage du Général Lin Buyi. Elle va donc commencer à faire sa connaissance et va apprendre à l’aimer. C’est une femme émancipée que l’on ne peut muselée et contraindre. Toutefois afin de ne pas ternir l’image de Lin Buyi (Zicheng), elle doit donc apprendre les règles de la cour auprès de l’Impératrice Xuan. Nous suivons ainsi les intrigues de la cour et la façon les protagonistes arrivent à déjouer les tours perfides de leurs rivaux et ennemis.

Je vous explique donc les raisons pour lesquelles j’ai aimé ce drama. Déjà dans les coulisses, j’ai adoré voir le caractère bon enfant et enjoué du réalisateur FEI Zhen Xiang à diriger les scènes. Il y a une très bonne ambiance.

Des instants magiques : un arrêt sur image mémorable  !

Je trouve que les décors et les prises d’images sont vraiment magnifiques et très parlants. Le réalisateur a su capturer ce bel instant, unique et éphémère : un regard, un geste, un silence, une présence, une attente, de l’amour. Parfois les mots ne sont pas nécessaires, nous rendant ainsi spectateur, contemplatif ou complice de cet instant ! Ces instants sont comme des souvenirs précieux que l’on garde en soi.

Un titre qui illustre bien l’identité du couple : « Love Like the Galaxy »

Si le mari est le soleil qui illumine la route à des milliers de li, alors la femme serait les étoiles, la brillante galaxie. Le soleil, la lune et la galaxie. Ni l’un ni l’autre n’est supérieur ou inférieur. Ils sont indispensables. Nous pouvons créer le monde seulement en coexistant.

Shaochang

C’est de cette façon que Cheng Shaoshang conçoit la vie maritale. Nous comprenons donc le rôle de chacun en tant qu’individu mais aussi l’impact qu’ils ont sur l’ensemble de la nation. Autour du couple mari-femme gravitent des personnes qui comptent pour eux. Ils ont à vivre en harmonie dans leur couple afin de pouvoir vivre en harmonie avec les éléments extérieurs pour créer un monde meilleur. J’aime beaucoup donc l’identité de ce couple à l’image de la galaxie.

De ce fait, j’ai trouvé très intéressant de voir les rapports qu’ont le couple avec les autres en tant que personne, enfant, ami, sujet du roi, mettant ainsi à l’épreuve leur piété filiale, leur loyauté, leur devoir, leur promesse d’engagement, etc. Tous ces sujets ont été traités avec justesse et profondeur. On ne peut que faire preuve de compassion et de tolérance envers l’histoire de chaque protagoniste, souvent empreint d’un passé douloureux, semé d’embûches et de sacrifices (cela ne nous donne pas envie de vivre à cette époque difficile !). Tous les personnages secondaires sont intéressants et ont de la personnalité. Les personnages féminins ont tous une forte prestance et méritent d’être dans la lumière aux côtés de leur époux. Je trouve cela magnifique cette confiance et le respect qui s’y dégagent dans certains couples.

Le couple Cheng Shi & Xiao Yuanyi (parents de Cheng Shaoshang)

Cheng Shi, Marquis de Quling

Je craque totalement pour le Marquis de Quling Cheng Shi. Il m’a fait beaucoup rire dans son rôle de père et d’époux. Il a une très bonne tête et est très expressif. On ne s’ennuie pas dans la famille Cheng. Elle est composée de la grand-mère, celle-ci est très envahissante et n’a d’yeux que pour son fils Cheng Shi. Ses rapports avec sa bru Xiao Yuanyi ont toujours été conflictuels.

Xiao Yuanyi est un soldat et donc un personnage atypique qui combat au côté de son mari.

Shaochang a un frère jumeau : Cheng Song, son frère aîné est Cheng Song et son second frère est Cheng Zhi. Comme Shaochang a manqué d’amour dans son enfance, elle est donc choyé par ses frères et son père, ils sont très attentionnés et complices avec elle.

Il y a des scènes que j’ai trouvées très rigolotes. Souvent le père se fait prendre en otage dans les conflits mère-fille ou entre sa mère et son épouse. Il ne cesse de tempérer leur ardeur car il faut se le dire, ce sont toutes les trois des femmes fortes : la grand-mère, la mère et la fille Shaochang !

Par exemple il y a cette scène où la mère de Shaochang a demandé à sa fille de lire un texte mais elle a seulement reconnu que 4 caractères sur 10. Sa mère en été choquée tandis que son père rassure sa fille en disant qu’il a été un illettré et que grâce à sa mère, qui l’a aidé, il ne l’est plus, heureux de cela il en rit ! Mais il n’y avait pas de quoi rire alors elle lui a jeté un regard noir et là il a pris de suite son air sérieux ! Il s’est rattrapé en disant à son épouse « Il ne faut pas la gronder parce que se mettre en colère va affecter ta santé ! » !

J’ai adoré les voir dans leur rôle de parents. Cela change des champs de bataille où ils ont élevé leurs trois fils ! Ils sont stabilisés face à leur fille et souhaitent rattraper tout le temps perdu où ils n’ont ni vu leur fille grandir ni pu lui donner une éducation adéquate. Alors les séances de convocation avec Shaochang en sont très comique, surtout lorsqu’elle devait expliquer la raison pour laquelle ces prétendants sont amoureux d’elle alors qu’elle n’y avait vu que du feu.

J’ai beaucoup de plaisir à voir cette famille Cheng gérer les conflits familiaux avec justesse et amour. Shaocheng a du mal à trouver sa place car elle est persuadée de n’être pas aimé par sa mère et envieuse de l’attention que porte sa mère à sa cousine Yangyang (fille de son oncle) qui est typiquement la fille modèle. Cela n’empêche pas qu’elles s’entendent merveilleusement bien toutes les deux. Shaocheng protège sa cousine qui est douce et fragile et vice-versa.

La famille Cheng

Malgré ses querelles familiales, il n’en reste pas moins que chaque épreuve rencontrée, ils restent unis. J’ai vraiment plaisir à voir tout l’amour qui se dégage de leurs actes. La mère et la fille se ressemblent et ont toujours été soudées face à l’ennemi. De plus, voir les parents et même la grand-mère se remettre en question et admettre les erreurs, c’est le plus beau des cadeaux qu’ils peuvent offrir à leurs enfants. La vie familiale en est harmonieuse.

Le trouple L’empereur Wen, L’impératrice Xuan et la consort Yue

J’aime beaucoup le trouple et la personnalité de l’empereur, de l’impératrice et de la concubine Yue. L’Empereur me fait bien rire et les conversations avec son Eunuque sont drôles. L’impératrice Xuan est une femme douce, gentille et bienveillante. Cela donne envie d’être choyée par elle. La concubine Yue est tout le contraire de l’impératrice, elle est forte et inébranlable. Elle arrive toujours à remettre à leur place les indésirables et à ainsi éviter que l’Empereur intervienne. J’aime la relation que ces deux femmes entretiennent. Je peux ainsi ressentir le respect et leur amour fraternel.

Cela fait écho à mon expérience vécue avec mon ex-Vendeur-de-Rêves. Ceux qui veulent s’aventurer dans une vie à trois, j’ai pensé que vous pouviez vous inspirez d’eux. Entre elles, il n’y a jamais eu de méchanceté ni de coups sournois (comme j’ai pu le vivre autrefois avec mon ex). Même si elles envient les moments que l’une a pu partager avec l’Empereur, il n’y a cependant aucune jalousie. C’est une relation des plus saines, des plus respectueuses et éthiques de ce que j’ai pu voir dans un drama. J’ai donc plaisir de voir un homme respectueux de ses deux épouses, ils les aiment ni plus ni moins, en plus d’être un roi bon et juste.

Le couple Cheng Shaochang & Ling Buyi

Ling Buyi alias Zicheng a une prestance incroyable. Il est connu pour être un général sanguinaire toujours accompagné de ses gardes blindés noirs ! D’ailleurs il a deux bras droit, deux gardes de confiance qui me font beaucoup rire aussi et qui équilibre la nature dur et froid de leur Général.

C’est un personnage intriguant et secret que j’ai eu plaisir à découvrir jusqu’à sa demande en mariage à Shaochang qui est à mon sens, une demande des plus courageuses puisqu’il veut un mariage d’amour et non arrangé. Shaochang est la meilleure femme au monde à ses yeux et ne veut aucune autre femme qu’elle. Il aime tout en elle. Il est vrai que Shaochang alias Niaoniao est une jeune fille espiègle, bornée, maladroite, amusante, aimante et très perspicace. J’ai beaucoup plaisir à la voir évoluer, à être adulte dans un monde intrépide…

Bien sûr à cause du caractère de Ling Buyi austère et rigoureux, Shaochang ne supportait pas son côté contrôlant et n’avait plus envie de se marier avec lui. Mais après avoir discuté avec ses parents, elle s’est mise à réfléchir en pensant à ses sentiments. Comment ne pas l’aimer lorsqu’elle se remémore de ce qu’il a fait pour elle, être là pour elle de façon inattendue en disant « N’aies pas peur, je suis là » !

Canard mandarin femelle et mâle (pixabay.com)

Alors elle a réalisé qu’elle en était amoureuse ! Et plus tard, lorsque Ling Buyi doit partir en guerre, elle a tenu à lui confectionner une armure. N’étant pas douée à la couture Ling Buyi pensait que l’armure était arborée d’ailes de poulet et non des ailes de canards mandarin. Dans la culture chinoise, les canards mandarins sont symboles de l’amour, l’harmonie et du bonheur conjugal. Cela en est cocasse car les gardes ne souhaitent pas que leur Général porte cette armure et soit la risée du champ de bataille. D’ailleurs il y a une scène très rigolote à ce sujet lorsque Ling Buyi a réussi a capturé le Général Ling Yi et qu’il allait se faire torturer pour lui soutirer des informations.

Mais Ling Buyi le rassure en disant qu’il n’avait pas à trahir qui que ce soit, qu’il n’avait juste à répondre à une question.

– Quel question ?
– Est-ce une armure de poulet ou une armure de canard mandarin. Si vous répondez je vous lâche. Si vous ne répondez pas je vous tue.

Alors je vous laisse deviner la réponse du Général Ling Yi hihi !

J’ai vraiment beaucoup aimé ce genre de scènes qui nous connecte à l’amour au côté léger et humain de la vie car tout ne peut pas être noir ou blanc dans la vie, il y aussi la beauté des couleurs intermédiaires.

On a tous notre part d’ombre mais cela ne veut pas dire qu’on ne peut pas avoir un cœur amoureux malgré les épreuves et les guerres. Il y a toujours de l’espoir et des êtres à chérir et des personnes sur qui on peut compter même si on se sent trahi ou abandonné. Comme dirait Cheng Shaocheng, elle ne se laissera pas mourir à cause d’un chagrin d’amour mais parce qu’elle sera fatiguée de vivre. Elle vivra intensément sa vie.

Que pensez-vous du mariage ?

Ce drama historique est singulier car la famille Cheng et la famille royale encouragent Shaochang et Ling Buyi a choisir réellement avec qui ils veulent se marier. Leur avis compte alors que la plupart des mariages sont forcés et arrangés à cette époque surtout dans le milieu royal. C’est pourquoi j’ai trouvé les relations de couple très matures.

« Votre Altesse (La Princesse Yuchang), laissez-moi mettre les choses au clair avec vous. Je cherche quelqu’un, je saurai que c’est elle lorsque je l’aurai vu. Ma vie et mon cœur lui appartiendront. Si je ne trouve pas cette femme, je préfère ne pas me marier toute ma vie. Et Votre Altesse, n’est pas elle. Pardon. »

Ling Bu Yi (Général)

« Qui a dit que tout le monde devait se marier ? Père et mère étaient mariés depuis plus de 20 ans. Cependant, ils se parlaient à peine jusqu’à présent.
Je préférerais rester célibataire si je devais mener une vie ennuyeuse comme ça.
Dois-je épouser la fille si elle est une personne intéressante ?
Pour une famille, le mariage est la cerise sur le gâteau.
Pour les femmes, c’est un signe de dépendance.
Mais pour moi, chaque mariage s’en sortait à peine »

Yuan Shanjian (érudit n° 1 de l’école académique Bailu Mountains)

Ce drama est vraiment une pépite tant sur le plan visuel que dans les dialogues. Je trouve qu’il y a beaucoup de maturité émotionnelle. La romance est très belle car Cheng Shaocheng et Ling Buyi ont décidé de construire quelque chose ensemble et de faire des efforts pour que ça marche entre eux. À chaque épreuve traversée, je les sens encore plus unis et plus forts car cela démontre bien que ce n’est pas une faiblesse de dire « J’ai besoin de toi » et de se reposer sur la force de l’autre ou d’être une force pour l’autre !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.