S'évader

Le restaurant de l’amour retrouvé

Après avoir terminé le livre La Papeterie de Tsubaki, j’ai immédiatement entamé le livre « Le Restaurant de l’Amour retrouvé » de la même auteure OGAWA Ito. Rien que le titre de ce livre suscitait déjà beaucoup mon intérêt ! De plus, c’est le livre préféré de Maman-Nounours, il fallait donc que je découvre ce que dévoile ce roman !

Le chagrin d’amour

Le ton est très vite donné et j’ai rapidement été remplie de compassion envers cette jeune Rinco, qui en rentrant chez elle après sa journée de travail découvre que son petit ami l’a quitté sans rien lui laisser. Leur nid d’amour a été vidé ! Cela a été un si terrible choc qu’elle a en perdu la voix ! Elle a décidé de retourner dans sa ville natale chez sa mère, où elle n’a pas remis les pieds depuis 10 ans. Elle et sa mère sont comme chien et chat. Sa mère accepte qu’elle reste à condition qu’elle s’occupe de sa truie domestique Hermès, mais elle n’est pas pour autant nourrie et logée. Elle a trouvé un moyen de gagner sa vie, l’idée d’ouvrir un restaurant dans la remise. C’est la seule chose qu’elle sache faire. C’était un rêve qu’elle partageait avec son ex-petit ami… Maintenant, c’est son rêve : pouvoir cuisiner pour les autres. Surtout que c’est sa grand-mère qui l’avait initiée à la cuisine.

J’ai été émue par le chagrin de Rinco. Tout comme elle, je vivais cela comme un déchirement devant un appartement sans âme (cf. mon article « Etre chez soi, être soi »). Tous les meubles et objets qui avaient de la valeur à ses yeux se sont envolés. La seule chose qui lui restait était la jarre de saumure, un souvenir de sa grand-mère qu’elle adorait. Elle était très soulagée car cet objet comptait beaucoup pour elle.

Se reconstruire, prendre sa vie en main

L’histoire personnelle de Rinco est très touchante et malgré qu’elle ne parle pas, ses émotions, décrites avec adresse, n’en sont pas moins fortes. Elle agit avec son cœur et met tout son cœur pour ouvrir un restaurant généreux de bien-être envers ses convives. C’est une histoire d’amitié, d’amour, de don de soi et de partage. Elle a été bien entourée. Petit à petit, elle s’est attachée à Hermès, puis elle a reçu l’aide inconditionnelle de son ami d’enfance Kuma pour la réalisation de son restaurant qu’elle a fait par elle-même. Et d’ailleurs j’aime ce passage du livre :

D’ailleurs, cette vaisselle me venait de ma mère, qui m’avait donné ce qui encombrait ses placards […] Ce qui n’était que du bric-à-brac à ses yeux représentait un trésor pour moi.

Rinco a fait de son restaurant un lieu rempli de trésors, d’objets qui comptent pour elle et qui pourront rendre heureux les gens.

Elle prend grand soin de bien choisir les ingrédients issus de son potager et de la nature envers laquelle elle est pleine de gratitude. Elle confectionne des plats uniques que lui inspire l’histoire personnelle de chaque client. Nous nous laissons facilement emporter par la façon dont elle réalise ses petits plats, c’est un enchantement, c’est un voyage culinaire qu’elle nous propose.

Heureuse à en avoir le souffle coupé, comme si j’allais mourir étouffée par le bonheur.

Dans le silence, elle a su exprimer sa souffrance de la rupture et la solitude et fait jaillir ses larmes en cuisinant. Puis les jours suivants elle découvre une nouvelle facette de sa mère qui est capable d’aimer. Le restaurant a été salutaire pour elle et nous montre que la cuisine, c’est aussi une façon de déclarer son amour, un don de soi.

L’escargot

J’adore le nom de son restaurant « L’escargot ». J’adore ce gastéropode lent dont j’imagine mille scénarios improbables de vie.

Ce petit roman m’a bouleversée et m’a fait monter les larmes aux yeux. Le titre du livre prend tout son sens : le restaurant de l’amour retrouvé n’est pas un simple restaurant, c’est un endroit qui émeut et réconcilie les cœurs.

L’univers de Ogawa Ito

J’aime beaucoup le style d’écriture de cette auteure qui sait bien mettre en avant l’idée qu’une Histoire Personnelle est un Trésor. L’Histoire Personnelle de ses héroïnes sont des leçons de vie, une ode à l’amour que je découvre avec plaisir. Elle aborde les relations mère-fille souvent conflictuelles et incomprises mais elles finissent toujours avec réconciliation et pardon.

C’est joliment raconté et nous fait apprécier la beauté de la vie. Une vie qui est remplie de trésors et manger un bon plat, préparé avec amour, n’est pas des moindres… Il me tarde de lire d’autres de ses œuvres.


Pour aller plus loin…

En lisant l’histoire de Rinco vivant dans son village au cœur des montagnes, confectionnant de bons petits plats colorés, j’avais des images de Li Ziqi (cf. la chaîne de vidéo de Mlle Li Ziqi), une chinoise qui vit dans la campagne de Sichuan et s’occupe de sa grand-mère. Son quotidien est vraiment incroyable car elle fait tout elle-même, elle sait tout faire : cuisiner, broder, confectionner des meubles en bambou, des pinceaux à calligraphie et l’encre, de la gravure, de la couture etc. Elle est parfaite, est-ce vraiment possible de pouvoir vivre en harmonie avec la nature, à profiter de la beauté de la nature et d’être remplie de gratitudes de l’abondance de la nature ? En tout cas cette vie simple me fait rêver, tout comme Rinco, l’amour de créer, de faire don de soi, c’est magique !

Préparation du nouvel an chinois 2019 année du cochon :

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *