Manga, BD,  Trésors à partager 💖

Le grand méchant renard de Benjamin Renner

C’est l’histoire d’un renard qui ne fait pas peur à ses congénères cochon, lapin, poules, chien, etc. et qui aimerait bien savourer une poule. Il fait part de ses tracas à son compère Le Loup, regrettant de ne pas avoir le même charisme que lui. Car, la seule créature qu’il pourrait effrayé n’est pas encore née… C’est là que le loup eu l’idée d’envoyer Le Renard voler des œufs. Puis, au lieu de les manger, de les couver et s’en occuper jusqu’à ce qu’ils soient bien grassouillets prêts pour être manger ! Mais tout se complique lorsque le Renard se prend d’affection à ses poussins, telle une… « mère-poule ».

Les poussins vont-il se faire manger par le Loup ? Le Renard qui ne fait peur à personne, comment va-t-il affronter le Loup qui veut manger ses poussins ?

Des personnages riches

Le ton est très vite donné, les premières cases nous dévoilent le quotidien de ce méchant renard qui ne fait vraiment pas peur ! Les personnages (cochon, lapin, poules, chien, poussins…) ont tous de la personnalité, aussi disjonctés les uns que les autres.

On se laisse emporter par le non-sens de ces relations animales bien trop humaines. Ils saluent le Renard, et sont plein d’empathie pour cette pauvre bête qui suit un régime navet exclusif depuis un bon moment… Ces situations loufoques ne nous donnent qu’une hâte celle de découvrir le destin de ce méchant pauvre renard !

De jolis mots d’insultes

Les dialogues sont très amusants et ont de la classe. Notamment ces petites attaques qui me font rire car pas besoin d’être vulgaire pour insulter l’autre, on peut le faire avec beaucoup de style :

Le loup n’est d’ailleurs pas le dernier, quand il compare dans la même tirade son compère à une huître, une limace séchée et une tortue anémique à la retraite. Nous sommes obligés de compatir pour cette pauvre bête et ses mimiques douloureuses !

Il y a plein d’autres offenses que je vous laisse découvrir par vous-même. Cela m’a vraiment beaucoup amusée car je n’ai pas l’habitude de les entendre. Cette utilisation des mots me fait encore plus aimer la langue française !

L’instinct maternel

Ce n’est pas si simple que ça d’élever les poussins qui le prennent pour leur maman. Je compatis complètement car je suis passée par là en tant que parent. Les enfants peuvent être infernaux !

J’ai trouvé très attachant de voir comment le grand méchant renard éduque ses petits poussins et comment il gère les conflits et leurs interrogations existentielles. Au fil des pages nous découvrons un Renard qui est finalement une mère-poule malgré ses tentatives pour leur faire comprendre qu’il est méchant, et qu’il veut les manger. Pas besoin d’avoir des liens de sang pour aimer véritablement n’est-ce pas ?

Les onomatopées

J’aime beaucoup les onomatopées dans le livre. C’est très vivant, très expressif !

J’ai été agréablement surprise de voir que ce Renard fait « Gnagna gna » comme moi ! Je m’identifie et comprends donc parfaitement sa frustration !

J’aime l’onomatopée « Graou ». Elle revient souvent dans la BD et nous nous sommes amusés à la prononcer (c’était en 2017 avec Nounours…) Ce n’était pas évidemment de glapir comme ce grand méchant renard !

J’aime le style de dessin de l’auteur, en quelques traits il rend ses personnages si expressifs ! Ils sont dessinés à l’encre et à l’aquarelle. C’est pour moi de toute beauté, un vrai régal pour les yeux. J’aime ressentir cette beauté simple et harmonieuse qui m’enveloppe et me fait connecter à mon âme d’enfant.

Vous pouvez si vous voulez parcourir le blog de l’auteur Benjamin Renner où il explique son idée de créer cette bd !


Le film d’animation

Courez également voir l’adaptation en dessin animé ! Elle est excellente ! Pour plus d’infos, à lire mon article.

Laissez un commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires

    Voir les commentaires
  • Janosch

    J’ai adoré aussi !
    J’avais pas tellement fait attention au texte. C’est cool que tu relèves les expressions, onomatopées et la façon de jouer avec la langue française 😉

    J’ai d’avantage aimé la BD que le film (notamment à cause du design des poussins) mais les deux sont excellents !