Films, Dramas, Séries,  Trésors à partager 💖

Sissi l’Impératrice (1955-1957)

Suite à la sortie de la nouvelle version de Sissi « The Empress » sur Netflix que j’ai regardé, je l’ai trouvée beaucoup plus moderne et sombre, prenant en compte les faits historiques. Elisabeth a du caractère, est farouche, libre et rebelle. Je préfère Sissi de mon enfance, interprétée par Romy Schneider en toute délicatesse. Je la trouve à chaque fois rayonnante. C’est pourquoi je l’ai revu et je vous fais partager mon coup de cœur pour cette saga.

Cette saga est inspirée de la vie de l’impératrice Elisabeth d’Autriche et de l’Empereur François-Joseph 1er d’Autriche dont le mariage a eu lieu le 24 avril 1854 à Vienne. Il y a trois films, réalisés par Ernst Marischka : Sissi (1955), Sissi impératrice (1956) et Sissi face à son destin (1957).

Cette série m’a toujours accompagnée à tous âges, de la jeune fille que j’étais à ce que je suis maintenant. Elle est pour moi intemporelle et c’est toujours un régal pour les yeux de voir les jolis paysages de l’Autriche et de la Hongrie (cela m’a donné envie de visiter ces lieux) et les belles robes de princesse de Sissi (ils ont essayé de reproduire les vraies robes qu’elle portait ainsi que sa longue chevelure). Je suis toujours envahie par de très belles émotions. C’est assurément une belle histoire d’amour avec un grand A entre Frantz (joué par Karlheinz Böhm) et Sissi (joué par Romy Schneider) digne d’un conte de fée !

Une petite famille modèle

Sissi est entourée de frères et sœur. Elle a une grande complicité avec son père qu’elle appelle « Papili » avec qui elle partage l’amour de l’équitation et la nature. De plus le rôle de la mère de Sissi, Ludovica, est joué par la vraie mère de Romy Schneider. J’ai trouvé cela génial.

Livre de 1986

Je pense que si j’ai aimé ce film c’est que je retrouvais l’ambiance des livres de la Comtesse de Ségur que j’aimais beaucoup en étant enfant. Il s’agit de contes moraux, destinés à ses petits-enfants. Je pense à son livre « Les petits filles modèles ». Ce tableau familial de Sissi me rappelait l’univers de ces contes, avec le parlé du milieu de la noblesse qui me fascinait, et cette innocence et espièglerie des enfants accompagnées de châtiments/punitions d’autrefois.

Le grand Amour

Sissi a été enfermée dans sa chambre par sa mère afin qu’elle se tienne tranquille en Autriche tandis que sa sœur Hélène et sa Mère vont rencontrer l’Archiduchesse Sophie. Elle fait le mur afin de visiter l’Autriche et aller pêcher. Sur le chemin, elle rencontre par hasard l’Empereur. Leur rencontre est adorable. C’est le coup de foudre immédiat entre eux deux. J’aime les voir en joie, si souriants. Ils se donnent rendez-vous pour chasser ensemble. Elle ne connaît pas son identité mais elle l’apprend que sa mère compte le faire marier à sa sœur Hélène de Bavière. De là, lors de l’anniversaire de l’Empereur, il impose à l’Archiduchesse Sophie de son intention de se fiancer avec Sissi.

Ils sont vraiment attentionnés l’un envers l’autre. Frantz fait en sorte de passer plus de temps avec Sissi. Elle se fait constamment surveiller par sa belle-mère l’archiduchesse Sophie et ont toujours des rapports conflictuels en raison des étiquettes et du protocole dont elle a du mal à s’y faire. Alors pour leur jour d’anniversaire, Frantz fait un repas à la bonne franquette, de la choucroute et de la bière.

Première crise du couple

Frantz a autorisé sa mère à s’occuper de l’éducation de leur fille. Sissi furieuse s’est réfugiée en Bavière, chez ses parents sans parler du motif de sa venue. Frantz connaît le tempérament de feu de Sissi, elle ne revient plus à Viennes, elle a été terriblement blessée. Il décide donc d’aller la chercher pour la raisonner. Les retrouvailles sont mignonnes comme tout. Aucun des deux n’étaient prêts à se disputer dès qu’ils se sont vus, leur colère s’est volatilisée, ils ne pouvaient pas s’empêcher de s’enlacer et de s’aimer.

C’est un couple que je trouve très glamour. Ils s’aiment et ensemble ils ont une confiance absolue envers l’autre. Frantz soutient toutes les décisions de Sissi. J’ai aussi aimé la scène où elle savait très bien que ce n’était pas lui qui lui avait pris son journal intime. Il était un peu jaloux lorsqu’il a entendu des rumeurs entre elle et le comte Andrassy en Hongrie. J’ai trouvé adorable ses inquiétudes. Il a préféré aller lui rendre visite en Hongrie que lui envoyer une lettre pour lui demander de rentrer à Viennes. J’aime ce couple où l’amour, la confiance et le respect sont présents dans chacun de leurs actes.

Le père de Frantz est marrant. Ils forment un drôle de couple avec l’Archiduchesse Sophie. Les conflits sont souvent entre la belle-mère et Sissi mais pas avec son époux. Celui-ci fait semblant d’être sourd pour être bien tranquille.

Le baise-main, symbole d’attachement et de respect

D’ailleurs cette scène a fait que j’ai été conquise par le personnage Frantz où j’ai trouvé qu’il avait beaucoup de charme. Il a su gérer la mésentente entre sa Mère et Sissi. Je pouvais sentir tout son amour pour sa mère et son respect. J’ai trouvé cela magnifique.

Sissi a refusé sa main à une dame-d’honneur parce qu’elle a le double de son âge. L’archiduchesse Sophie en est indignée. Et puis j’ai trouvé l’amour d’une mère envers sa belle-fille en lui embrassant sur le front. Elle aime Sissi après tout. Et c’est la seule marque d’affection que nous verrons de la part de la belle-mère envers Sissi.

Chevelure d’Elisabeth d’Autriche

« Pardon Maman, laissez-moi lui parler. Ce n’est pas une question d’âge. À la cour l’étiquette veut que chacun s’incline devant vous. Quand notre mariage aura été célébré, vous seriez la première dame de l’Empire, ce qui veut dire que vous serez seule à mon côté. La place qu’occupait ma Mère jusqu’à présent. Ce soir vous serez l’Impératrice d’Autrice et en vous baisant la main les autres dames veulent vous témoigner leur attachement et leur respect dû à leur souveraine. La seule dame en Autriche qui en est dispensé et a le droit de vous embrasser sur le front, c’est ma Mère. Ai-je raison Maman, c’est bien là tout ce que vous voulez lui dire ?
– Oui Franz ! »

On nous dévoile toute l’ampleur du baise-main lorsque Sissi a été invitée chez son ami le comte Andrassy (Sissi face à son destin). Des anciens rebelles y sont et ils n’ont fait aucune révérence lors de sa venue. Le comte Andrassy a présenté ses amis et ils ont donc simplement incliné la tête pour la saluer sauf le comte Batiany. Alors elle est venue vers lui et lui a tendu sa main pour le baise-main. Et il a cédé !

J’ai beaucoup de plaisir à voir la façon dont Sissi arrive à gagner le cœur de ses sujets en restant elle-même, bienveillante et plein d’espoir pour son peuple. Elle aime tellement la Hongrie et fera tout pour que les derniers rebelles aient confiance à leur nouveau souverain.

La valse romantique

Je trouve magnifique la scène de la valse avec la vue d’ensemble à partir le beau lustre. C’est tellement beau la façon dont cela a été filmé ! La robe de Sissi est tellement belle.Ils sont si beaux et amoureux à danser ensemble.

Elle voudrait que cette danse ne s’arrête jamais et elle aimerait ne danser qu’avec Frantz. C’est un sentiment que je comprends parfaitement car autrefois je ne voulais danser le tango avec mon ex-Nounours et j’ai arrêté les cours de tango car cela me frustrait et me stressait beaucoup de danser avec les autres. Un jour j’irai assisté au bal de Viennes !

De l’humour avec le Colonel Bokl

Ce que j’ai aimé dans cette saga, c’est l’humour très bon enfant. J’ai beaucoup aimé le personnage du Colonel Bokl (joué par Josef Meinrad). C’est une personne sincère qui dit toujours ce qu’il pense sans jamais tourner sept fois sa langue dans sa bouche, ce qui vaut le mécontentement de l’Archiduchesse Sophie.

De plus il se trouve maladroit et stupide mais attendrissant dans l’exercice de son métier, et on se demande bien comment il a fait pour être commandant de sa brigade. Les gens qui l’entourent me font rire, ils ont tous une bonne tête. Il devient par la suite la garde personnelle de Sissi. Il est sous le charme de l’impératrice Sissi. Il est adorable. Puis il tombe facilement amoureux à chaque fois qu’il arrive dans un nouveau pays.

Il me fait beaucoup rire parce que c’est un personnage très vivant, chaque émotion qu’il le traverse, il l’exprime sans retenu. C’est un personnage qui m’a beaucoup marqué après Sissi.

Cette saga reste pour moi un merveilleux film de conte de fée que j’aime. Ce n’est pas un film biographique car il ne retrace pas les faits et vérités historiques car très romancé. Néanmoins cela ne m’a pas empêché de partir à la découverte de ce couple royal (cf le documentaire ci-dessous). Sissi est vraiment une femme de caractère avec un destin funeste (même l’actrice Romy Schneider a eu une fin tragique également…)


Documentaire sur l’histoire de Sissi impératrice

Laisser un commentaire