Livres,  Trésors à partager 💖

Happiness within my make-believe Houses de William Sim

J’ai découvert cet artiste William Sim sur Instagram et j’ai eu le coup de cœur pour ces petites maisons qui sont adorables comme tout peintes à l’aquarelle. C’est comme si je découvrais plein de petits coins de paradis possibles et imaginables, invitant mon esprit à ne pas me cloisonner mais à me sentir à la fois libre et en sécurité au fait qu’il y ait si peu de mur dans ces maisons. Il suffit juste d’un toit et des objets essentiels. Cela créé une connexion à mon âme, une harmonie intérieur vers l’extérieur.

J’imagine très bien construire deux ou trois de ces genres de maisons sur ma terre à Tahiti. Cela me donne l’impression de vivre comme les Schtroumpfs dans leur maisonnette champignon, vivant en harmonie avec la nature, en lien avec les autres. Alors l’année dernière j’ai demandé à l’auteur s’il avait un livre regroupant ses illustrations, il m’a dit que ce n’était pas prévu. L’auteur m’a demandé, si un jour j’arrivais à bâtir une maison inspirée de ses petites maisons, de lui faire savoir. Et là c’est avec une grande joie de voir qu’il a fait un art-book ! Je me le suis de suite procuré.

Pour la petite histoire, l’auteur William Sim a dessiné ses petites maisons pendant le confinement. C’est vrai que pendant le confinement, certaines personnes réalisent à quel point ils auraient envie d’être coincé ailleurs et/ou avec les bonnes personnes. Cela les a forcé à repenser leur chez-soi, se sentent-il vraiment bien chez eux ? Et vous ? Sentez-vous vraiment bien chez vous ? Je vous fais part les dessins qui m’ont fait vibrer, pour lesquels j’ai eu le coup de cœur !

The Butterfly effect (n° 7/100)

L’appel de mes origines asiatiques est là, et ce décors me plaît bien avec des images de papillons, symbole de longévité et de bonheur pour les chinois. Je pense surtout à la légende des amants papillons, préférant mourir que d’être séparés. Alors imaginez des foyers où des amants papillons peuvent s’aimer en toute liberté !

Going Bananas (n° 8/100)

Lorsque je vois un bananier, cela me fait immédiatement à mon enfance où nous avons des bananiers sur nos terres. Souvent on me confiait la confection des crêpes bananes à la façon tahitienne. Cela me fait toujours bizarre de devoir acheter les bananes en métropole…
J’ai le souvenir de ma mère en train de cuisiner avec son grand wok à l’extérieur dans une espace ouverte comme dans cette illustration où il n’est pas nécessaire d’avoir une hotte. C’est vraiment très pratique !

Home weaving (n° 17/100)

Cela me fait penser aux châtaigniers tahitiens qui étaient dans notre quartier il y a 30 ans de cela. Je me rappelle de ma mère qui nous faisaient cuire ces châtaigniers dit māpē ! Enfant, je n’ai jamais osé m’aventurer à l’intérieur de ces châtaigniers alors que cela m’intriguait. Cela m’effrayait plutôt car c’était comme entrer au cœur d’une grande forêt (enfant je la voyais grande !). Cette image me rappelle donc cette émotion que j’ai eu enfant. Dans l’obscurité, il est possible que s’y cache une lumière, un joli et petit refuge… Qui sait ?

The tree hugger & The takeaway (n° 50-51/100)

J’ai toujours aimé les cabanes perchées dans les arbres. C’est une façon de rejoindre le ciel avec humilité. J’aime les maisons en bois également. Je trouve que l’auteur a l’âme d’un architecte d’intérieur !

Heaven is a place on earth (n° 75/100)

C’est mon dessin préféré : une maison en forme de tasse de thé qui me fait penser à un havre de paix pour prendre soin de soi et d’y savourer de délicieuses choses. Déjà j’ai beaucoup aimé le titre de cette illustration. Je pense que sur cette Terre, nous avons tous notre place, notre petit coin de paradis. J’imagine bien prendre mon goûter avec un thé puis de faire trempette dans une source d’eau chaude naturelle. En connexion avec la nature, l’eau et la terre.

Quel est votre préféré parmi mes préférés ?
Dans son site de présentation du livre, cela écrit que « Ce livre cherche à illustrer que la liberté est souvent un état d’esprit que nous pouvons choisir d’expérimenter, plutôt qu’un simple état d’être. » Je trouve qu’effectivement j’ai pleinement sentie cette liberté d’être authentique chez soi. Je suis curieuse de savoir à quoi ressemble votre petite maison de rêve ?! Imaginez-la à la façon de William Sim, minimaliste.

Le site de William Sim

J’aime le logo de l’artiste, c’est un marchant de bonheur !

Son site : https://merchantofhappiness.com/

Sa page instagram : https://www.instagram.com/merchantofhappiness/

Vous pouvez donc voir sur sa page Instagram pleine de maisons qui ne sont pas dans l’art-book, avec des maisons avec plus d’étages, avec plus d’objets, l’artiste évolue et c’est de plus en plus imaginatif et détaillé. Un régal pour les yeux, pour prendre le temps d’observer chaque objet qui composent la maisonnette. Je m’amuse aussi à repérer le personnage avec un casque en pastèque (c’est l’artiste) mais aussi son chat gris tigré, qui me fait penser à mon chat Capucine.

Laisser un commentaire