Se connaître

Du mythe du prince charmant à la vraie vie

J’ai toujours été sensible aux histoires d’amour et ce depuis ma plus tendre enfance. C’est donc sans surprise que je suis une férue de dramas asiatiques. Les figures masculines dans les dramas rejoignent bien souvent le mythe du prince charmant. Celui qui vient délivrer sa princesse d’une tyrannie ou d’un danger etc. Et une fois le sauvetage effectué, un seul baiser suffit pour décider la suite : ils se marièrent, vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants. J’aime lorsque ça se termine bien dans les lectures et visionnages à l’eau de rose.

Je savais déjà ce que je voulais !

* Fonder une famille avec l’homme de mes rêves,
* Porter une jolie robe de mariée,
* Avoir des enfants,
* Vivre avec eux, chacun dans sa maison champignon sur notre domaine,
* Cultiver l’Amour jusqu’à notre dernier souffle.

Mes histoires d’amour

1) Mon premier Prince

Mon premier prince, je l’ai rencontré pendant mes études. Je ne l’ai pas aimé de suite. Il a réussi à me conquérir. Nous avons découvert ensemble nos premières fois et cela a duré cinq années sans que je n’ose m’avouer que je n’étais pas heureuse. La flamme s’était éteinte. Il m’avait proposé une vie bien rangée et pépère, une sécurité financière et un foyer, une vie faite d’ajustements puisque l’amour n’était plus au rendez-vous. Il me disait que je ne pouvais pas trouver mieux que lui puisque la vie n’est pas un roman. À quoi bon avoir sa robe de mariée sans avoir le cœur qui palpite d’amour ? Un court instant, j’ai eu l’impression que ma vie pourrait être un drama : un soir, mon cœur s’est mis à palpiter sur la piste de danse en boite de nuit. C’est donc cela un coup de foudre ? J’étais en train de vivre une autre belle histoire d’amour. Je me posais des tas de questions parce que l’amant voulait que je le suive en France. J’ai refusé car j’étais très confuse dans mes sentiments. Il est donc reparti chez lui en France. J’ai réussi à mettre fin à ma relation avec mon ex avec beaucoup de culpabilité mais grandement soulagée !

L’amour n’est pas acquis et ce n’est pas vivre dans une cage dorée. Je voulais me réaliser, découvrir tous les trésors vers lesquels me poussaient ma curiosité. Je ne voulais pas renoncer à mes croyances en une vie de amoureuse épanouie.

Il n’était pas mon prince charmant. Je me sentais plutôt prisonnière dans son château entouré de ses frères.

2) L’homme de mes rêves

J’ai aimé Vendeur-de-rêves parce que j’étais convaincue que c’était l’homme de mes rêves : c’était un bel homme, il était professeur d’arts martiaux chinois et aimait la culture chinoise. J’ai été en admiration envers cet homme qui semblait savoir comment vivre pleinement sa vie ! Il m’a demandé en mariage et j’ai accepté. Ma famille n’était pas d’accord. Il s’était empressé de se marier avec moi, et je n’ai pas eu droit au mariage en robe blanche ni même à la présence de ma famille. Ce fut un moment triste. J’étais bien loin d’imaginer vivre ainsi mon premier mariage ! Et une fois mariée, j’ai appris à le connaître et ai très vite été désenchantée par sa façon de vivre : mentir pour séduire, et ça façon de toujours analyser chacun de mes actes et décisions se permettant moult commentaires désagréables et rabaissants. Cela allait à l’encontre de ma personnalité et de mes valeurs personnelles. Puis j’ai réalisé qu’il ne souhaitait pas avoir d’enfant et lorsque sa maîtresse est rentrée en scène, j’ai vu venir à mes dépends la fin de notre couple.

  • J’ai réalisé que je devenais son ombre. Je ne savais pas que j’avais affaire à un manipulateur.

L’amour, ce n’est pas contrôler la vie de l’autre. Je m’étais sentie obligée de me plier à sa volonté et de sacrifier mes rêves pour réaliser les siens. Je ne me sentais pas libre d’être moi-même.

Il n’avais jamais été l’homme de mes rêves mais plutôt mon vendeur de rêves.

3) Le père de mes enfants

Mon amant du passé a refait surface. C’est Rambo, il ne m’a pas oublié et nous avions continué notre histoire d’amour là où nous l’avions laissée. J’étais en pleine reconstruction après mon divorce. J’ai été le voir en France puis ensuite la décision de le rejoindre a été prise. Je me suis mariée civilement en catimini (sans avoir de grand mariage encore une fois) loin de ma famille, et j’ai vécu heureuse et nous avons eu de magnifiques enfants. Puis ensuite plus rien… ses nombreuses absences et ses ambitions professionnelles militaires ont vite fait de nous éloigner l’un de l’autre. Nos valeurs ne s’accordaient plus du tout. Je voulais un père pour mes enfants, un ami et un compagnon. J’ai vraiment beaucoup réfléchi avant de mettre un terme à nos huit années de mariage…

L’amour, c’est comme construire une maison et cela demande un investissement à deux ! L’amour ça s’entretient et fatiguée de tenir les fondations de notre amour, j’ai fait un burn-out maternel, telle une exilée sans espoir de retour aux sources à Tahiti. Mon amour pour lui s’est écroulé !

Il n’est plus « Mon Cœur » celui qui a su chavirer mon cœur dès notre première rencontre. Il est devenu mon pire cauchemar.

Un jour mon prince viendra

J’ai eu des relations amoureuses très difficiles et à 40 ans je désespérais vraiment de trouver l’homme de mes rêves. Et pourtant j’étais encore attachée à mes rêves d’enfant. En fait, j’ai réalisé que mes échecs amoureux ont été le reflet de mon manque de confiance en moi et de mon manque d’estime personnelle. Qu’est-ce que je vaux ? Si je pense ne rien valoir, je me laisse facilement « avoir » en amour !

J’ai compris qu’il fallait s’aimer avant tout avant de vouloir prétendre à aimer un Prince. J’avais mis une croix à une vie à deux, mais au cours de ma reconstruction… sans crier garde, mon Prince est venu !

J’ai trouvé chaussure à mon pied !

Mon Prince est venu… sous la forme d’un Nounours !

  • Il n’est pas musclé ni sportif mais il est tout rond, tout doux. Être dans ses bras est un nid d’amour (vous vous rappelez de mon article sur le fait d’être chez-soi ? C’est être dans des bras protecteurs).
  • Ce n’est pas un top-model mais il a une bonne bouille, celle d’un Nounours ! Il inspire la bienveillance et la gentillesse. Il a une mignonne-attitude propre à lui qui nous fait rire.
  • Il n’est pas chinois, il ne connaît pas grand chose à la culture chinoise (il est plutôt attiré par la culture japonaise) mais cela ne l’empêche pas d’être curieux et de me comprendre.
  • Je suis devenue une VRAIE princesse, c’est lui qui m’a donné ce surnom de Princesse Petit Pois parce qu’il a cerné ma personnalité et m’encourage à m’affirmer et à communiquer mes besoins (choses que je n’ai pas su faire avec mes ex).
  • Il n’a pas d’enfant mais il aime mes filles comme si c’était les siennes. Et elles l’aiment beaucoup !
  • Il est authentique et ne se cache pas derrière un masque. Il a un doctorat en informatique. Mais pour moi c’est un docteur en tout parce que ses petites actions nous rendent heureuses dans notre quotidien. C’est un bon docteur de la vie et un bon capitaine de la vie. Nos valeurs s’accordent parfaitement.

Nous faisons équipe dans la vie et même dans mes bandes-dessinées. Les aventures de Maman sont devenus « les aventures de Princesse Petit Pois & de Nounours ». Il m’inspire, notre vie de couple m’inspire parce que j’ai trouvé chaussure à mon pied !

Chacun son prince/sa princesse

J’ai réalisé qu’il existe sur terre une personne, un prince et une princesse pour nous. Il faut se dire qu’une relation qui se termine n’est pas la fin mais une nouvelle chance qui nous est donnée pour être avec la bonne personne. Qu’importe les frontières, qu’importe la langue, qu’importe la grande différence d’âge (mon Nounours est plus jeune que moi), le plus important ce sont vos valeurs (lire mon article).

Par exemple, pour Vendeur-de-Rêves, je ne pourrais jamais faire équipe avec lui et devenir un professeur d’arts martiaux car c’est contraire à ma personnalité. Il a rencontré sa moitié qui lui ressemble, tous deux n’ont pas le désir d’être parent. Il a donc trouvé SA Princesse. Ils sont heureux.

Pour Rambo, il a trouvé une femme qui a comme lui le goût pour le sport, la compétition et le gain d’argent. Je préfère me consacrer à la créativité et m’occuper du foyer. Il a trouvé SA Princesse qui de plus est une ancienne militaire. Ils sont heureux.

Et vous ? parlez-moi de votre prince ou de votre princesse ? Avez-vous aussi trouvé chaussure à votre pied ?

Pour conclure, il faut apprendre à s’aimer, apprendre à être heureux seul, ne pas attendre des autres qu’ils remplissent notre vie de trésors à notre place. Vous avez le pouvoir d’attirer de belles choses dans votre vie ainsi que la personne de vos rêves. Aimez-vous chaque jour !

Quand on délivre une princesse…

J’adoooore !

4 commentaires

    Voir les commentaires
  • La parenthèse psy

    C’est un texte très personnel et unique. Merci de nous partager ta vision de l’amour ! Sur plusieurs points, je suis similaire à toi. Je crois qu’il ne faut pas attendre de l’autre qu’il comble nos manques mais tu l’as si bien dit: de faire équipe. On se soutient, on s’épaule, on se montre disponible et on avance vers le même axe. L’amour, il faut en prendre soin, cela demande de l’entretien, tel un jardin. Sinon les mauvaises herbes poussent ravagent tout ! L’amour ne correspond pas forcément à l’idéal qu’on voit dans les films ou les livres. L’amour se vit, dans ses hauts et ses bats, dans ses doutes et ses certitudes. 🙂

    • Princesse Petit Pois

      Merci Line. J’aime bien ton idée que l’amour est comme un jardin. Il faut l’entretenir et s’investir pour que les fleurs fleurissent toujours. Méfions-nous aussi de l’herbe qui est toujours plus verte ailleurs 🙂

Laissez un commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *