Comprendre

La vie intérieure de Christophe André

Qu’est-ce que la vie intérieure ?

Je trouve que Christophe André a une belle définition, elle correspond exactement ce que je ressens et est formulée avec de jolis mots. Je qualifie de jolis mots car pour la première fois je réalise pleinement l’importance de mettre les mots sur nos émotions négatives mais aussi de bien nommer les émotions positives pour pouvoir mieux les gérer et les comprendre pour se sentir en vie, être heureux !

Pour moi la vie intérieure c’est comme un jardin secret. Un lieu où j’aime me réfugier pour mieux me retrouver et me construire. J’adore le mot « secret » parce qu’il y a des trésors qui n’attendent qu’à être dévoilés et partagés et des démons qui n’attendent qu’à être travaillés et guéris. Tout cela est gardé secrètement et soigneusement en nous.

Le royaume de l’intime

Christophe André nous invite à « sentir le passage de la vie en nous » pour nous donner le goût à la vie, nous rendre plus humain, pour sentir, respirer, ressentir, regarder, pour exister ! C’est l’essentiel de la vie.

Nous retrouvons les 40 thèmes traités sous forme audio et je trouve que c’est une très bonne idée. Cela permet de relire le livre guidé·e par la voix apaisante de Christophe André. C’est comme une petite voix intérieure qui nous parle.

Et si nous nous arrêtions de courir et de nous agiter et prenions le temps de savourer la vie ? Ce livre est un encouragement à ne plus vivre comme un zombie ou un robot mais à être un humain.

En lisant les thèmes, j’ai trouvé que l’on pouvait regrouper en trois grandes parties :

1. Explorer sa vie intérieure

À lire : Comprendre la vie intérieure, l’introspection, la méditation, la solitude, l’écriture, le sentiment d’étrangeté, l’examen de conscience, la concentration, le regard dans le miroir.

J’ai toujours aimé faire un tour dans mon jardin secret pour y planter des graines de positivité et d’amour pour pouvoir ensuite en savourer les fruits récoltés. Certains rêves et projets se réaliseront et d’autres peut-être pas ou demanderont beaucoup plus de temps. À nous de faire attention pour ne pas trop nous laisser happer par les habitudes routinières, les distractions et les consommations futiles qui nous confortent à rester dans notre zone de confort. C’est pourquoi il est important de comprendre notre vie intérieure, de l’observer, de la découvrir, de l’écouter, de la nourrir également par des découvertes et divers trésors que nous croisons sur notre chemin. C’est toute une richesse en nous. À vous de trouver par quel moyen vous vous connecter à votre vie intérieure.

Pour ma part, elle est explorée par l’écriture. Elle fait maintenant partie de ma vie depuis ma pratique du défi des 100 jours et grâce à ce site j’ai pris confiance en moi dans mes écrits. L’écriture m’a permis de voir clairement mes intentions et mes rêves, de cultiver la gratitude et d’agir en étant fidèle à mon mantra « Libre d’être moi, je guide ma famille et mes proches en créant un univers qui me ressemble ».
J’ai choisi aussi de pratiquer la méditation en pleine conscience. Cela m’apprend à être toujours dans l’instant présent et à me connecter à la beauté de l’âme du monde. Par exemple, la vue des feuillages au travers de ma fenêtre me fascine grandement alors qu’autrefois cela m’indifférait totalement.

2. Savourer la vie

À lire : La musique, la légère ivresse, l’admiration, le plaisir, le petit coin, les visages du bonheur, la fraternité, la compassion, la prière, les résolutions, l’infini, la tendresse.

J’aime beaucoup écouter la musique, regarder des dramas/animes/séries et lire des histoires parce que j’aime m’émouvoir, j’aime que mes émotions ressortent sans crier gare. Je me sens vivante, vibrer totalement de l’intérieur sans passer par le mental. Christophe André parle d’induction émotionnelle, ce sont des éléments extérieurs qui font sortir nos émotions. Il a constaté que nous avons cette facilité si nous souhaitons éprouver des émotions agréables. Par exemple l’envie d’éprouver de la joie, on regardera un film drôle.

J’aime aussi me faire plaisir. Le plaisir de manger, de ne rien faire, d’aller au petit coin, de rêvasser, de s’adonner aux choses inutiles parce que ça nous procure de la joie… ça nourrit notre vie intérieure. Cultiver la gratitude pour être reconnaissant·e de la vie, éprouver de la compassion pour nous ouvrir aux autres et au monde, ce sont des éléments qui peuvent nous permettre de donner goût à la vie.

J’ai été particulièrement touchée par la lecture du mot Tendresse car cela m’a fait penser à mon lien avec mon âme-jumelle car nous avons beaucoup de tendresse envers l’un et l’autre. Et j’ai trouvé très beau ce qu’il a été écrit « Si elle était un geste, la tendresse serait une caresse sur la joue. Si elle était un visage, elle serait un sourire profond, tranquille. Si elle était un regard, elle serait celui du dépouillement sans mots d’une présence aimante et bienveillante ». C’est cela que j’ai recherché toute ma vie auprès d’un homme. Par expérience lorsque je demandais cette forme de tendresse : juste me blottir dans les bras d’un homme pour me sentir protégé et réconforté, de suite l’homme ne pense qu’à passer à l’acte sexuel, quelle terrible déception… ! Alors c’est tellement vrai ce passage « Finalement, la tendresse est peut-être la seule certitude d’amour vrai : sexe et passion peuvent mentir. Mais il est bien plus dur de faire mentir la tendresse… ».

Tout est en nous ces petits graines de bonheur, de petits plaisirs, de joie, et de sentiments tendres et d’amour. C’est notre carburant de bonheur, notre flamme du cœur à alimenter par des petits gestes au quotidien. Osez et savourer pleinement les bons petits moments de la vie, soyez heureux de ce que vous êtes et du bonheur des autres.

3. Accepter les émotions négatives

À lire : l’acceptation, la volonté, la maladie, la honte, la fragilité, l’envie, la fuite du temps, les ruminations, le pardon, la déception, la jalousie, le succès et l’échec, la mort, le sentiment d’impuissance, l’interdépendance, la nostalgie.

La vie intérieure est habitée par des émotions négatives et elles semblent être plus nombreuses. Comprendre que notre instinct de survie y est pour beaucoup car il est à l’affût des moindres dangers potentiels, c’est pourquoi on détecte plus facilement les émotions désagréables. C’est pourquoi il est important d’accepter ses pensées tristes sans les supprimer pour ne pas nous épuiser de l’intérieur. C’est dire oui à la souffrance, à toutes ses émotions négatives, et d’accepter qu’elles soient là. Elles nous apprend à ne pas être victime de nos mécanismes du cerveau mais au contraire à être en contemplation de la vie, on peut prendre conscience que toutes ses émotions agréables permettent d’affronter l’adversité. La vie intérieure ne nous demande pas de porter une armure de protection, au contraire mais plutôt d’accepter ces instants désagréables et de les transformer en positivité. En sortir résilient et se donner le droit d’être heureux, et non-pas en se cachant derrière une barrière de défense qui ne nous permet pas de nous épanouir et nous développer. Cela demande de la pratique et de la persévérance.

J’ai un de mes amis qui a trouvé que chacune de mes actions avaient un sens, que je n’agissais jamais sans aucune raison sans y avoir mûrement réfléchi en y explorant toutes les possibilités. Ces mots m’ont conforté dont le fait que je n’aurai aucun regret parce que j’ai toujours agis selon mes choix profonds.

Ce n’est pas chose facile de prendre des décisions (difficiles) mais si vous écoutez votre appel intérieur, la décision devient par magie presque facile telle une évidence sur le moment. Mais cela ne veut pas dire que je ne souffre pas parce que je peux ressentir de la culpabilité ou autre sentiment négatif mais une fois la tempête passée, on ressent de la fierté de s’être donné la priorité pour se donner le droit d’être heureuse.

Pour conclure…

Ce livre m’a conforté sur l’état de mon jardin secret, il est à mon sens bien entretenu, il me suffit juste d’être patiente et de ne pas sauter les étapes. Les mots de Christophe André me parlent fortement et j’aime beaucoup son style d’écriture, je trouve vraiment beau la façon dont il emploie les mots.

J’ai donc décidé de le choisir comme mentor sur mon chemin de vie et je m’apprête à lire d’autres de ses livres.


Et n’oublie pas d’être heureux…

Et voici un livre qui complète bien le livre « la vie intérieure » avec d’autres jolis mots bien expliqués !

J’ai beaucoup aimé l’idée de Christophe André de faire cet abécédaire de psychologie positive, il s’était retrouvé devant son bureau rempli d’un joyeux désordre avec des objets. Ils les observe…. et réalise qu’ils lui sont une source de bonheur, une façon pour lui d’éprouver de la gratitude envers la vie.

Cela me parle car pour moi chaque objet et ressenti qui nous entoure a un sens selon notre histoire personnelle et notre sensibilité car ce sont des petits bouts de bonheur collectés, éparpillés, gardés précieusement chez nous. À nous de ne pas les oublier et ne pas oublier aussi d’être heureux…

Je vous laisse méditer par sa définition de la Vie :

La vie est belle. La vie est dure. Ces deux affirmations sont vraies. Inutile de chercher à établir une moyenne. Mieux vaut admettre qu’il y aura des gifles et des caresses.

Pour finir, je vous laisse un extrait de film auquel cela me fait penser. C’est une leçon de vie donnée par Rocky Balboa : « Personne ne frappe aussi fort que la vie ! »

Laissez un commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *